Accueil / Energie solaire photovoltaîque / Comment installer un système photovoltaïque dans une copropriété ?

L’installation d’un système photovoltaïque pour la production d’électricité est non seulement un choix écologique, mais aussi un bon investissement pour le budget économique d’une famille. En effet, les coûts des composants ont été progressivement réduits ces dernières années, ce qui permet d’amortir la dépense en un temps plus court. De plus, la possibilité d’utiliser l’énergie produite pour l’autoconsommation, réduit également les déchets dus aux pertes lorsqu’elle est plutôt vendue au réseau. Un système photovoltaïque est constitué de plusieurs éléments. Il est également utile de disposer d’un système de suivi et de gestion de la consommation.

Le dimensionnement et le système photovoltaïque idéal

Pour réaliser un système photovoltaïque, la première étape consiste à procéder au sous-dimensionnement, tâche d’un technicien spécialisé, proportionnelle à la consommation que le système doit satisfaire.

Pour donner un exemple, pour une famille de 4 personnes, on estime la consommation annuelle moyenne à 3500-4000 kWh. Un système photovoltaïque de 3 kW, pour lequel environ 25-30 mètres carrés de toit doivent être utilisés, peut produire de 3 300 kWh/an dans une ville du nord de l’Italie à 4 500 kWh/an dans une ville du sud.

L’installation idéale des panneaux photovoltaïques est celle qui est orientée vers le sud, où ils peuvent profiter du soleil pendant un plus grand nombre d’heures, tandis que l’angle d’inclinaison varie en fonction de la latitude, bien qu’une valeur moyenne généralement indiquée soit de 30°.

Systèmes photovoltaïques et déductions fiscales

Actuellement, les incitations du compte de l’énergie, qui prévoyaient le paiement d’une contribution en euros sur la base des kilowattheures produits, ne sont plus en vigueur. Toutefois, la construction d’une usine peut être facilitée par la déduction de l’IRPEF de 50 % des dépenses encourues, car il s’agit d’une opération de maintenance extraordinaire. En outre, de nombreuses entreprises d’installation aident à obtenir des financements utiles qui peuvent faciliter l’accès aux dépenses.

Les systèmes photovoltaïques comme travaux de rénovation des bâtiments

Du point de vue administratif, puisqu’il s’agit précisément d’un entretien extraordinaire, il est nécessaire de présenter un ski, signalisation certifiée du début de l’activité, pour effectuer les travaux. Lorsqu’une installation est réalisée dans un bâtiment existant, situé dans un contexte historique ou paysager, il est également nécessaire de demander une autorisation spécifique à la surintendance compétente, car l’installation doit être correctement intégrée dans ce contexte.

En tout état de cause, la plupart des sociétés d’installation proposent la fourniture de systèmes clés en main, en prenant soin de tous les aspects, des autorisations administratives nécessaires à l’installation proprement dite et à la maintenance ultérieure.

Le système photovoltaïque en copropriété

L’installation d’un système photovoltaïque peut être un choix pratique non seulement dans le cas de maisons privées ou unifamiliales, mais aussi dans les zones de copropriété, où les espaces communs tels que le toit ou la cour peuvent être utilisés.

La récente réforme de la copropriété a notamment réglementé cet aspect, comblant ainsi un véritable vide réglementaire. Aujourd’hui, il est donc possible d’installer un système de ce type également en faveur d’une unité de logement unique faisant partie du condominium.

Si, en revanche, le système est en copropriété, et donc centralisé, il peut être utilisé à la fois pour produire l’énergie nécessaire aux parties communes, telles que l’ascenseur, les interphones, les pompes à eau, l’éclairage des escaliers, etc. Par conséquent, selon les cas, le système devra être correctement dimensionné.

La nouvelle réforme facilite l’installation de systèmes photovoltaïques dans les copropriétés

Dans tous les cas, l’autorisation de l’assemblée de copropriété sera requise, avec l’avis favorable d’au moins la moitié des participants, représentant la moitié de la valeur milliaire de l’immeuble. Les Condominiens qui ne souhaitent pas participer aux dépenses seront également exemptés des prestations.

Dans le cas où un propriétaire de condominium a l’intention de construire un système sur une partie de sa propriété exclusive, il doit veiller à ne pas causer de dommages aux parties communes de l’immeuble.

Mais une nouveauté importante est introduite de la réforme, qui prévoit la possibilité d’installer un système privé également sur les parties communes de la copropriété, toujours dans le respect des règles régissant l’utilisation de ces parties communes, c’est-à-dire en veillant à ce que toutes les copropriétés puissent en faire usage.