Accueil / Réglementation thermique / Tout sur la certification énergétique de la maison

La certification énergétique domestique est essentielle pour l’augmentation de la valeur verte d’une maison. Il s’agit d’un critère de vente similaire à l’accroissement de valeur générée par une bonne performance énergétique et environnementale d’un appartement. Cet outil est primordial pour garantir la qualité des projets en termes de bâtiments.

Qu’est-ce que la certification énergétique ?

L’objectif de la certification énergétique est de calculer la consommation d’énergie d’un bâtiment et de prescrire comment la réduire et ainsi augmenter son efficacité énergétique.

Le résultat de la certification est le certificat de performance énergétique (APE), un document qui décrit la performance énergétique du bâtiment au moyen d’un paramètre appelé indice de performance énergétique, qui indique la consommation du bâtiment ou de l’appartement au cours d’une année, et qui le classe dans une classe d’efficacité énergétique.

Chaque bien immobilier est donc, en fonction de sa consommation, identifié par une sorte d’étiquette énergétique, de la même manière que pour les appareils électroménagers, où la classe est indiquée par des lettres de l’alphabet allant de A4 pour les bâtiments les plus efficaces à G pour les plus énergivores.

Le certificat est valable 10 ans, mais il peut être nécessaire de le renouveler avant même l’expiration de la période de 10 ans lorsque des actions sont menées qui entraînent des changements dans la performance énergétique.

Avant le 6 juin 2013, date d’entrée en vigueur de la loi n° 90, le certificat énergétique était appelé certificat de certification énergétique (ACE). Les bâtiments qui en sont équipés resteront en bon état jusqu’à l’expiration d’une période de dix ans, sauf si des modifications sont apportées.

Qui rédige la certification énergétique ?

Le certificat de performance énergétique peut être établi par différentes parties. Cependant, on pense que les personnes les plus aptes à s’en occuper sont les professionnels du secteur de la construction, tels que les architectes, les ingénieurs, les géomètres et les experts en bâtiment.

L’établissement du certificat nécessite en effet une analyse globale du bâtiment, concernant les caractéristiques du système de chauffage et le type de générateur qui l’alimente, ainsi que celles de l’enveloppe du bâtiment, y compris les murs, les fenêtres et le toit.

Le technicien certificateur, après avoir effectué une inspection, saisit toutes les données recueillies dans un logiciel spécifique qui calcule l’indice de performance énergétique et la classe énergétique.

Le professionnel ne doit cependant pas se limiter à traiter ces données, mais doit fournir au client des indications pour améliorer la performance énergétique de sa maison (et donc réduire la consommation). En outre, dans les 15 jours, il doit transmettre une copie du certificat à la région compétente.

Quand le certificat de performance énergétique est-il requis ?

Le certificat de performance énergétique est un document obligatoire en cas de déménagement d’une maison. Il peut donc s’agir d’un achat ou d’une vente, mais aussi d’une donation ou d’un bail. Pour ces derniers, en particulier, l’obligation de saisie n’existe que pour les nouveaux contrats conclus après le 6 juin 2013, et non pour les renouvellements de ceux déjà en place. L’APE est également nécessaire lorsqu’un nouveau bâtiment ou une rénovation importante est réalisée.

Si l’APE n’est pas présent, il existe des risques sérieux : tout d’abord, le contrat peut être déclaré nul et non avenu et, ensuite, le propriétaire est soumis à de lourdes sanctions. Pour l’absence de l’APE dans un contrat de vente, la pénalité peut aller de 3 000 à 18 000 euros, dans le cas d’un contrat de location, de 300 à 1 800 euros.

L’indice de performance énergétique doit également être indiqué dans toutes les listes de biens immobiliers, quel que soit le moyen de diffusion utilisé, sous peine de sanctions administratives pouvant aller de 500 à 3 000 euros.

Le Bee est également nécessaire en cas de demande de déductions fiscales de 65% pour l’amélioration de l’efficacité énergétique d’un bâtiment, pour certains types d’interventions. Il est en effet nécessaire de démontrer que les interventions réalisées ont permis d’atteindre certains paramètres fixés par la réglementation et donc d’améliorer la classe énergétique.

Combien coûte le certificat de performance énergétique ?

Le marché de la préparation de l’Abeille est très diversifié.

Le cas le plus frappant est représenté par les offres de certificats par le biais de sites de rabais et de coupons à un montant dérisoire.

On a expliqué comment le technicien certificateur, en plus d’être compétent et qualifié (ce qui implique également de suivre des cours spécifiques), doit effectuer une inspection en se rendant sur le lieu où se trouve la propriété, qui peut être à plusieurs kilomètres de votre studio, utiliser un logiciel (généralement payant) pour les calculs et prendre le temps nécessaire pour son analyse. Ce n’est que de cette manière que vous pourrez effectuer un travail professionnel et précis, et la prestation n’aura certainement pas un coût aussi bas.

À titre indicatif, on peut toutefois dire que les taux peuvent varier en fonction de la taille de la propriété.